Rechercher
  • RCV Romandie

Non à la vaccination des enfants et adolescents !

En date du 05 mai dernier, Mme Anne Levy, directrice de l'OFSP, a envoyé une lettre à La Conférence des directeurs de la santé (GDK), les sociétés médicales, les facultés de médecine, aux médecins cantonaux et bien d’autres encore avec pour objet « Consentement à la vaccination pour les moins de 18 ans ». Il était question d'inciter les différentes instances à prendre en compte la question du consentement des enfants et adolescents dès 10 ans pour la vaccination anti Covid-19 sans besoin d'entendre l'avis des parents.

Le Réseau Choix Vaccinal, avec deux pages d'arguments traduites en trois langues et différents collectifs amis co-signataires, s'oppose formellement à cette démarche.

Pour lire la lettre du RCV en entier, en français:

lettre OFSP_enfants
.pdf
Download PDF • 432KB

Um den Brief der NIE auf Deutsch zu lesen :

lettre OFSP_enfants - DE
.pdf
Download PDF • 445KB

Per leggere la lettera della Rete Info Vaccini in italiano :

lettera UFSP_bambini
.pdf
Download PDF • 382KB

Le 21 juin 2021 se clôt donc une série d'envoi en trois langues de courriers et e-mails à l'ensemble des destinataires du courrier de Mme Levy, ainsi qu'à la société de Pédiatrie, la société Suisse des pharmaciens, les responsables des départements cantonaux de la santé et de l'instruction publique, entre autre. Nous nous penchons également sur l'envoi de ces courriers à tous les pédiatres et tous les médecins suisses. Avec un avis de droit de 18 pages de l'association des juristes et avocats suisses Le Virus des Libertés, dont le résumé a été traduit en 3 langues, l'opposition à cette décision est claire. Voici l'avis de droit que vous pouvez télécharger :

CHAPPAZ_NANCHEN_VOUTAT_L'acte_vaccinal_c
.
Download • 343KB

Aussi, nous vous mettons à disposition le résumé dans les trois langues que vous pouvez diffuser :

CHAPPAZ_NANCHEN_VOUTAT_RESUME
.pdf
Download PDF • 178KB

En français, p. 1-3 ; Auf deutsch, s. 4-6 ; In italiano, p. 7-9


Alors que la Confédération ouvre dès à présent la vaccination anti Covid-19 aux enfants dès 12 ans, plusieurs collectifs et association s'unissent pour dire STOP à cette folie. En effet, nous rappelons que "selon les normes internationales et constitutionnelle en vigueur, les enfants et les jeunes de moins de 18 ans ont un besoin de protection accrue, protection qui ne peut être offerte que par les titulaires de l’autorité parentale, en particulier pour certaines décisions médicales qui les concernent".

Lettre_intercollectif_FR
.pdf
Download PDF • 361KB

Vous pouvez prendre connaissance de ce courrier en entier ici :



Aussi, le Réseau Choix Vaccinal rappelle les recommandations de l'OMS en matière de consentement des mineurs à la vaccination qui stipulent que "un enfant ou un adolescent, âgé de 6 à 17 ans, ne peut pas donner son consentement à la vaccination et que, par conséquent, celui-ci doit normalement être obtenu auprès de ses parents ou de son tuteur légal".

Par ailleurs, pour pouvoir donner son consentement, un enfant doit être en capacité de discernement. Cette capacité est totalement arbitraire. Elle laisse donc place à l’appréciation et ne peut donc être évaluée de manière structurée et définitive. Pour appui, Madame Samia Hurst dans son article « Capacité de discernement » paru dans la Revue Médicale Suisse (459 Quadrimed, 28 janvier 2015) admet que « pour être capable de discernement, une personne doit être capable de comprendre les éléments pertinents de sa situation et du choix qui se présente à elle, d’en apprécier les implications dans sa situation concrète, de raisonner en termes d’alternatives, et d’exprimer un choix. Evaluer ces différentes composantes nécessite une réflexion préalable au cas par cas. La capacité de discernement, au sens du droit suisse, implique également la capacité à agir selon sa volonté, à faire un choix libre. Ce point doit également faire l’objet d’une évaluation spécifique ». Aussi, elle souligne la complexité de son évaluation qui reste délicate. Madame Hurst conclut donc que « les outils d’évaluation se focalisent par ailleurs sur l’aspect cognitif de la capacité de discernement, mais elle nécessite aussi la capacité d’agir selon sa volonté. La personne doit être en mesure de faire un choix suffisamment libre. La meilleure manière d’évaluer cet aspect demeure incertaine ».

L'association des professionnels de la santé RéinfoSanté a également fourni un avis clair sur la vaccination pédiatrique exhortant l'OFSP à l’application du principe de précaution médical comme

VaccinationPediatriqueReinfo
.pdf
Download PDF • 445KB

éthique en stoppant cette campagne de vaccination des enfants mineurs.


C'est donc une décision totalement arbitraire que l'OFSP vient de prendre et il n'est pas question que nous restions les bras croisés regardant des milliers d'enfants et d'adolescents, sous la pression sociale et médiatique, consentir à un acte médical qui n'a aucun recul sur ses effets secondaires à long termes dont la portée de l'information libre et éclairée et donc sa compréhension fine et approfondie demeure totalement prive d'assurances. D'autres actions sont également à l'étude... nous vous tiendrons informés.

1,931 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout